UE renforce des mesures restrictives à l’encontre des responsables bélarusses

Réunis le 10 octobre à Luxembourg, les chefs de diplomatie des 27 pays membres de l’Union européenne ont décidé d’éteindre les sanctions contre le Bélarus en raison des violations des droits de l’Homme et de la répression des mouvements d’opposition dans ce pays.

 

Le Conseil (des ministres des Affaires étrangères de l’UE) a ajouté 16 noms à la liste de personnes visées par des gels d’avoirs et des interdictions de visa d’entrée dans l’UE, rapporte le service de presse de l’Union. Il s’agit notamment des juges et des procureurs, qui ont participé aux procès « politiquement motivés », ainsi que des chefs de prison.

 

Ainsi, 4 personnes récemment ajoutées à la “liste noire” des officiels bélarusses interdits de séjour en UE ont été directement impliquées dans les poursuites engagées contre Ales Bialiatski :

 

- Paluyan, Uladzimir Mikalayevich, Ministre des impôts et taxes. Il supervise les services fiscaux ayant apporté leur concours à la procédure pénale menée contre Bialiatski, accusé de fraude fiscale. Bialiatski a joué un rôle dans la défense et l’aide des victimes de la répression liée aux élections du 19 décembre 2010 et des mesures répressives prises à l’encontre de la société civile et de l’opposition démocratique 
 - Kornau, Uladzimir Uladzimiravich, Juge au tribunal de Minsk ayant autorisé le rejet du recours présenté par les avocats de Bialiatski
- Shastakou Maksim Aliaksandravich, Procureur ayant poursuivi Bialiatski devant le tribunal d’arrondissement de Pervomaïski (Minsk) après que celui-ci ait présenté au tribunal une requête concernant sa détention
- Herasimovich Volha Ivanavna, Procureur ayant poursuivi Bialiatski devant le tribunal après que celui-ci ait présenté au tribunal une requête concernant sa détention.

Les sanctions contre les responsables bélarusses ont été introduites par le Conseil de l’UE au début de janvier 2011 suite à une répression brutale des protestations qui ont eu lieu le jour du scrutin présidentiel en décembre 2010 à Minsk. A ce moment, la « liste noire » des responsables bélarusses interdits de séjour en UE compte 208 noms.

Retour

Articles similaires

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>