Vidéo de la perquisition menée dans les locaux du Centre « Viasna » en janvier 2011

17 janvier 2011 les locaux du centre « Viasna » ont été perquisitionnés.

Comme l’a annoncé le juriste du centre « Viasna » Valentin Stefanovitch dans une interview à BelaPAN, les tentatives de pénétrer dans les locaux ont débuté aux alentours de 15h30. Comme elles étaient entreprises par des personnes inconnues en civil, les membres de « Viasna » ont décidé de ne pas les laisser entrer. Un peu plus tard, des agents de police en uniforme se sont présentés sur les lieux avec un mandat de perquisition, suite à quoi la porte fut ouverte.

D’après Stefanovitch, les agents du Comité de Sûreté d’État (le KGB) ont présenté un mandat de perquisition ayant reçu l’aval du procureur, dans le cadre de l’enquête judiciaire lancée suite aux protestations le jour de l’élection présidentielle de décembre 2010. Stefanovitch a rappelé qu’il s’agissait là de la troisième visite des agents du KGB dans leurs bureaux : la première fois, il y avaient fait intrusion dans la nuit du 19 au 20 décembre 2010, avant le début de toute enquête criminelle, et une deuxième tentative de pénétrer les lieux avait été entreprise dans la journée du 20 décembre.

«Tous nos ordinateurs ont en fait déjà été confisqués », raconte le juriste, « on a dû en ressortir deux vieux. Mais, s’ils veulent les confisquer aussi, nous n’aurons pas d’autre choix que de les donner. On reviendra alors au papier et au stylo».

Lors de la perquisition, le vice-président de la FIDH, Ales Bialiatski, se trouvait dans les bureaux. D’après Stefanovitch, il fut emmené pour une audition en tant que témoin dans les affaires des événements ayant suivi les élections présidentielles, et des informations sur le début d’une perquisition dans l’appartement de Bialiatski lui sont parvenues peu après, alors que le téléphone de ce dernier était coupé.

« Nous constatons que cette campagne effrénée de perquisitions et de persécutions se poursuit, » commente Oleg Goulak, président du Comité Helsinki bélarusse, dans une interview à BelaPAN. « Nous sommes une fois de plus témoins d’actions illégales des membres du KGB, qui ne se présentent même pas. Un seul décline son identité, alors que les autres travaillent sans présenter leurs documents. Que cherchent-ils ? Une fois encore, quelque chose en rapport avec les événements du 19 décembre».

Regarder la vidéo en russe

Articles similaires

Mots clés:  

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>