Les autorités de Minsk ont interdit plus de soixante rassemblements de soutien à Ales Bialiatski

Aucun des plus de soixante rassemblements de soutien au leader emprisonné du Centre de défense des droits de l’Homme « Viasna », Ales Bialiatski, que souhaitaient organiser ses collègues n’a été autorisé par les autorités de Minsk.

« En dépit du fait que les demandes déposées correspondaient au Code des rassemblements publics, et que le nombre de personnes attendues lors de ces actions de rue oscillait chaque fois entre deux et cinq personnes, tous les rassemblements ont été interdits. Les défenseurs des droits de l’homme ont reçu des réponses pratiquement identiques – en réalité, des réponses formelles standardisées. Les raisons avancées pour expliquer les interdictions sont traditionnelles : « Un autre événement est prévu à cet endroit « , « l’emplacement exact du rassemblement ne peut pas être identifié », « le rassemblement est susceptible de gêner le trafic automobile et la circulation des piétons », etc. De telles interdictions contreviennent non seulement aux traités internationaux ratifiés par la République du Bélarus, mais aussi au Code des manifestations de masse et à la constitution bélarusse », explique l’un des activistes, Sergueï Ustsinau.

Quatorze appels ont été déposés auprès du Tribunal de district de Maskouski (ville de Minsk). Le 13 janvier, ils ont tous été rejetés.

D’après M. Ustsinau, cela démontre que la justice au Bélarus n’est pas équitable, les interdictions ayant pour objectif d’empêcher l’expression d’opinions alternatives.

Articles similaires

Mots clés:  

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>