La liste noire a été activée : Valentin Stefanovitch n’est pas autorisé à se rendre à l’étranger

 Le 11 mars 2012, le directeur adjoint du Centre de défense des droits de l’homme « Viasna », Valentin Stefanovitch, n’a pas pu se rendre en Lituanie. Il en a été empêché par des gardes-frontières au poste-frontière « Kammeny Loh », qui lui ont annoncé qu’il faisait l’objet d’une interdiction de se rendre à l’étranger.

Le défenseur des droits de l’homme n’a reçu aucune explication quant à cette décision. Il est à noter que, le 7 mars, les agents de ce poste-frontière n’avaient pas laissé Anatol Liabedzka, le chef du Parti civique uni, quitter le Bélarus ; le 10 mars, ils avaient pris la même mesure à l’encontre de Siarhei Kaliakin, dirigeant du Parti de gauche bélarusse « Un Monde Juste » et de Viktar Karniayenka, activiste du mouvement « Pour la liberté ».

Il convient de garder à l’esprit que, au début du mois de mars, le portail Internet tut.by a révélé que les autorités bélarusses considéraient la possibilité de restreindre les déplacements à l’étranger des individus ayant directement appelé à la mise en œuvre de sanctions contre le Bélarus. D’après cette information, une liste préliminaire contenant 108 noms aurait été établie. C’est ainsi que le régime bélarusse réagit à l’extension de la liste des officiels bélarusses interdits de séjour dans les pays de l’Union européenne et dont les avoirs hébergés en UE ont été gelés.

Articles similaires

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>