Le Département d’État des États-Unis a nommé Bialiatski « défenseur des droits de l’homme de l’année »

25 septembre 2012

L’épouse du défenseur des droits de l’homme emprisonné Ales Bialiatski a reçu en son nom le prestigieux prix Human Rights Defenders Award. Cette récompense est attribuée chaque année par le département d’État américain aux défenseurs des droits de l’homme les plus éminents de la planète.

La réception donnée à l’occasion de l’attribution de ce prix à Ales Bialiatski s’est tenue à l’ambassade des États-Unis. Y ont participé des représentants de la société civile bélarusse, des défenseurs des droits de l’homme et des diplomates américains et polonais.

L’ambassadeur des États-Unis à Varsovie, Lee Feinstein, a souligné lors de la remise du prix à Ales Bialiatski que la démocratie et les droits de l’homme ont toujours été et resteront au cœur des préoccupations de Washington :

« Dimanche, au Bélarus, on a rejoué le film Un Jour sans fin. Pour employer le langage diplomatique cher à l’OSCE, ces « élections » n’ont été ni libres, ni justes. Le régime repose sur des manipulations cyniques et des répressions cruelles, et le pays continue de s’isoler par rapport au reste du monde. Cette direction a été définie en décembre 2010, quand des citoyens ayant eu le courage de défier le régime ont été jetés en prison.

Ales Bialiatski reste l’un des plus intrépides combattants de la liberté et des droits de l’homme. Il est l’un des pères fondateurs du mouvement démocratique bélarusse, et a créé le centre de défense des droits de l’homme Viasna. Aujourd’hui, le jour de cinquantième anniversaire, nous rendons hommage à son courage. »

L’ambassadeur des États-Unis a également lu un message de la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton, qui disait notamment :

« Malheureusement, il y avait de nombreux prétendants à cette récompense. Beaucoup de personnes courageuses sont aujourd’hui emprisonnées pour s’être battues en faveur des droits de l’homme. Mais il y a aussi beaucoup de gens qui se battent pour que ces prisonniers retrouvent la liberté.

Les États-Unis saluent ceux qui se battent pour la liberté et les droits de l’homme malgré les persécutions déclenchées par les autorités. S’en prendre aux droits de l’homme, ce n’est pas seulement s’en prendre à ces personnes courageuses. C’est s’attaquer à tout ce en quoi nous croyons. Les répressions visant Ales ne sont qu’un exemple parmi d’autres de la façon dont le régime empêche le peuple bélarusse d’obtenir la liberté et la prospérité. Mais les despotismes ne sont pas éternels. Nous croyons fermement que le jour viendra où les Bélarusses pourront décider par eux-mêmes de leur avenir. »

L’épouse d’Ales Bialiatski Natalia Pintchouk a exprimé sa reconnaissance pour cette récompense. Elle a également déclaré :

« C’est un grand honneur et une grande marque de soutien. C’est une haute appréciation de la détermination d’Ales à défendre les droits de l’homme. La liste des personnes ayant reçu cette récompense comprend certaines des personnes les plus courageuses du monde. Et mon mari a mérité d’intégrer cette liste prestigieuse. Il savait ce que risquaient ceux qui se battaient pour la liberté, mais il n’a pas reculé.

Aujourd’hui, Ales est en prison, où ses geôliers détruisent sa santé. Mais ses actions n’ont pas été vaines.

Il est très important pour lui de savoir que les États-Unis soutiennent les droits de l’homme au Bélarus. Cette récompense, c’est la voix de l’Amérique en soutien d’Ales et de tous ceux qui sacrifient leur santé, leur liberté et leur vie pour la liberté du Bélarus.

Nous savons que nous sommes du côté de la vérité ! »

 

Articles similaires

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>