Le Parlement européen étudiera le rapport de Paleckis sur le Bélarus le 29 mai

justas-paleckis-rapport-belarus

Le 29 mai prochain, la Commission des affaires étrangères du Parlement européen étudiera en première lecture le rapport préliminaire du rapporteur sur le Bélarus (texte en anglais) Justas Paleckis, rédigé à l’intention de la Commission européenne, du Conseil de l’UE et du Service européen pour l’action extérieure (une instance de la Commission européenne).

Paleckis a déclaré à l’agence BelaPAN qu’après les discussions du 29 mai le document sera ouvert à corrections et propositions. « Ensuite, en août, la Commission l’étudiera en deuxième lecture, et en septembre le rapport sera examiné lors d’une session plénière du Parlement européen », a expliqué le député européen.

Interrogé sur les critiques de l’opposition et de la société civile bélarusses visant son rapport, et spécialement sa proposition de suspendre les sanctions de l’UE à l’encontre de plusieurs hauts responsables clés du Bélarus, Paleckis a répondu : « Les réactions à mon rapport peuvent être variées, c’est pourquoi il y aura la possibilité d’y apporter des corrections et des propositions. J’ai moi-même l’intention d’y inclure de nombreux ajouts, afin de le rendre plus circonstancié et plus concret ».  

L’auteur entend notamment souligner certains changements positifs (comme la fin des poursuites pénales visant le journaliste de Grodno Andreï Potchobout) mais aussi mettre en évidence certains événements déplorables, comme les récentes arrestations administratives des journalistes Guennadi Barbaritch, Alexandre Iarochévitch et Dmitri Galko.

Paleckis a précisé que la phrase sur une certaine amélioration de la situation des droits de l’homme au Bélarus tirée de son rapport se fonde sur des informations publiées sur le site spring96.org. Il y était indiqué qu’en 2012 il y a eu au Bélarus trois fois moins de répressions, d’arrestations, d’interpellations et de perquisitions qu’en 2011.

Le rapporteur du Parlement européen a également souligné que tout changement substantiel dans les rapports entre le Bélarus et l’UE ne sera possible qu’après la libération des prisonniers politiques.

« Pendant mes entrevues avec des personnalités officielles au cours de ma visite à Minsk, mes interlocuteurs m’ont laissé entendre qu’il était possible que les prisonniers politiques soient libérés. Mais ils ne m’ont fait aucune promesse sur des dates précises ou sur des mesures concrètes en vue d’une telle libération. Je n’exclus pas la possibilité que le rapport soit modifié dans un sens plus négatif si les prisonniers politiques ne sont pas libérés », a expliqué Paleckis.

Quant à la proposition d’annuler les restrictions imposées aux visas des principaux responsables bélarusses, elle concernerait avant tout le ministre des Affaires étrangères Vladimir Makei, a précisé le rapporteur. « Ce n’est un secret pour personne qu’il y a actuellement des consultations à son sujet entre tous les pays de l’UE. Aujourd’hui, la majorité des pays paraissent tendre vers une annulation de ces restrictions le concernant. Mais une telle décision doit être adoptée au consensus, ce qui signifie qu’un seul pays peut la bloquer », a remarqué Paleckis.

Articles similaires

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>