Droits de l’homme au Bélarus en mai 2013 : la situation demeure mauvaise

human rights belarus review

Le Centre de défense des droits de l’homme Viasna a publié son rapport mensuel sur les violations des droits de l’homme au Bélarus. En mai 2013, les défenseurs des droits humains n’ont pas noté de dynamique positive, la situation demeurant aussi mauvaise qu’auparavant.

Les défenseurs bélarusses des droits de l’homme ont souligné que l’absence à l’intérieur du pays de mécanismes d’influence réels sur cette question, dont l’évolution dépend largement de la politique étrangère, a créé une situation où les espoirs sont principalement liés à une incitation extérieure, avant tout pour ce qui concerne la libération des prisonniers politiques. Toutefois, les contacts intensifs des autorités biélorusses avec l’Union européenne, ses institutions et ses pays membres, ainsi qu’avec les États-Unis, n’ont provoqué aucune amélioration concrète dans ce domaine. En mai 2013, onze prisonniers politiques se trouvaient toujours derrière les barreaux ; deux personnes continuaient de purger une peine de prison sans être transférés dans des institutions pénitentiaires de type ouvert ; huit personnes se trouvaient sous le coup d’une condamnation avec sursis ou différée. Trois anciens prisonniers politiques étaient soumis, à des fins de pression, à une surveillance préventive ordonnée par des tribunaux ; vingt-cinq autres personnes, graciées et libérées avant la fin de leur peine, font également l’objet des contrôles réguliers. Aucune amélioration n’a été enregistrée en matière de respect de la liberté d’expression, de réunion, d’association et d’autres droits et libertés.

Voir le rapport détaillé des violations des droits de l’homme au Bélarus en mai 2013 en anglais

Articles similaires

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>