Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU a examiné le rapport sur le Bélarus

HRC23_rapporteur special sur Belarus

Ce 4 juin, le Rapporteur spécial de l’ONU sur le Bélarus, Miklos Haraszti, a présenté son rapport sur la situation des droits de l’Homme dans le pays lors de la 23ème session du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, qui s’est ouverte le 27 mai à Genève.

La présentation du rapport, publié début mars, a duré une dizaine de minutes. Miklos Haraszti en a énuméré les points principaux et a souligné qu’il n’avait pas eu la possibilité de visiter le Bélarus puisque les autorités de notre pays ont refusé de lui octroyer un visa d’entrée.

Dans son rapport, le Rapporteur spécial du Conseil des droits de l’homme de l’ONU affirme que la situation des prisonniers politiques est particulièrement préoccupante : « Au vu des informations que nous avons recueillies faisant état des pressions psychologiques et physiques dont ils font l’objet, leurs conditions d’incarcération peuvent être qualifiées de mauvais traitements, voire de tortures. »

Le Rapporteur recommande au gouvernement du Bélarus de prendre les mesures nécessaires à l’élimination de tous les obstacles posés à la participation active des organisations non gouvernementales et des partis d’opposition à la vie politique du pays. Il lui recommande également de garantir une application véritablement impartiale de la législation.

Le rapport de Haraszti a été critiqué par le représentant officiel du Bélarus auprès de l’ONU, Mikhaïl Khvostov.

Le diplomate a déclaré que le rapport était utilisé pour exercer des pressions politiques et économiques sur le Bélarus, rapporte Radio Liberté. « Le Bélarus n’a pas besoin d’un Rapporteur spécial ou d’une autre institution de ce type. Nous connaissons nos problèmes et nous sommes prêts à les régler. Nous avons notre propre modèle, qui repose sur la souveraineté nationale, la sécurité et la primauté du droit. Nous rejetons toutes les accusations contenues dans le Rapport, et nous considérons que les conclusions du Rapport sont inacceptables pour nous », a déclaré Khvostov.

La Russie, Cuba, le Venezuela, la Chine, le Liban, l’Ouzbékistan, la Palestine, l’Iran et la Syrie ont soutenu la position du Bélarus.

Les représentants de l’Allemagne, de la Pologne, de la France, de la Hongrie, de l’Espagne, de l’Estonie, de la République tchèque, de la Roumanie, du Royaume-Uni, de la Slovaquie, de la Suède, de la Lituanie, de la Belgique et d’autres pays de l’UE ont remercié le Rapporteur pour son travail.

 

 

Plus de huit pays ont exigé la libération immédiate des prisonniers politiques bélarusses et leur réhabilitation. Plusieurs pays ont rappelé le sort de divers défenseurs des droits de l’homme et activistes de l’opposition qui se trouvent derrière les barreaux. Les noms d’Ales Bialiatski, Dmitri Dachkevitch et Nikolaï Statkevitch ont notamment été cités. Le représentant de la Pologne a demandé au Rapporteur spécial de quelle façon l’Union européenne pourrait soutenir la société civile bélarusse.


La Norvège et la Suisse se sont également exprimées en faveur de la prolongation du mandat du Rapporteur spécial. La représentante des États-Unis a remarqué que le Bélarus avait obtenu les notes les plus basses dans le classement des pays du monde selon le degré de liberté des médias. Elle a exprimé l’espoir que la prolongation du mandat du Rapporteur spécial pourrait conduire à une amélioration de la situation des droits de l’homme.

Le rapport a également reçu le soutien des plus grandes ONG internationales de défense des droits de l’homme et du directeur adjoint du Centre de défense des droits de l’homme Viasna, Valentin Stefanovitch. Dans son discours, il a rappelé le sort des prisonniers qui se trouvent actuellement derrière les barreaux pour des raisons politiques et a parlé des répressions visant les activistes de la société civile au Bélarus.

Voir également :

Texte complet du rapport rédigé par le Rapporteur spécial en anglais

Les positions des pays lors de la discussion sur la résolution sur la situation des droits de l’homme au Bélarus (consultations informelles) en anglais

 

Cet article est également disponible en anglais et en russe

Articles similaires

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>