Les rapporteurs de l’APCE appellent le Bélarus à ne pas procéder à une nouvelle exécution

pace rapporteurs death penalty in belarus

Strasbourg, 13.06.2013 – Marina Schuster (Allemagne, ALDE), Rapporteur général sur l’abolition de la peine de mort pour l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), et Andres Herkel (Estonie, EPP/CD), Rapporteur sur la situation au Bélarus, ont exprimé leur profonde préoccupation à la suite d’informations parues dans la presse d’après lesquelles une nouvelle condamnation à la peine de mort aurait été prononcée au Bélarus hier.

« Le Bélarus est le seul pays d’Europe à continuer d’appliquer la peine de mort. Nous ne pouvons qu’appeler les autorités compétentes à ne pas faire un pas supplémentaire les éloignant de la famille des nations européennes, laquelle a mis fin à ces châtiments cruels et inhumains d’un autre âge », ont-ils déclaré.

Citant la Résolution 1857 (2012) de l’Assemblée parlementaire, Schuster a affirmé que le Conseil de l’Europe ne continuera à dialoguer avec le Bélarus qu’une fois qu’un moratoire sur la peine de mort y aura été introduit. « Nous rappelons que dans la Constitution bélarusse, la présence d’une disposition sur la peine de mort est considérée comme une mesure transitoire et qu’aucun obstacle juridique n’empêche le président Loukachenko ou le parlement d’instaurer un moratoire sur les exécutions. »

« La Commission de l’APCE sur les affaires politiques et la démocratie a décidé d’inviter deux membres de la Chambre des représentants bélarusse à sa réunion qui se tiendra le 27 juin à Strasbourg, et la question du rôle que le parlement bélarusse peut jouer dans ce domaine sera certainement abordée », a ajouté M. Herkel.

Lire cet article en anglais et en russe

Articles similaires

Mots clés:  ,

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>