Fin des poursuites pénales visant Souriapine et Bacharimov

Suryapin_ugolovnoe_presledovanie_pluchevyj_desant

Le chef du service de presse du KGB Artur Strekh a déclaré que « les poursuites pénales visant Anton Souriapine et Sergueï Bacharimov ont cessé », rapporte Interfax.

 « Tous les actes nécessaires de l’enquête concernant Anton Souriapine et Sergueï Bacharimov ont été effectués ; eu égard aux résultats de l’enquête, les poursuites pénales visant ces individus sont justement arrêtées », a déclaré Artur Strekh.

Artur Strekh a également annoncé que Souriapine et Bacharimov avaient été informés de cette décision.

Anton Souriapine : « Pendant presque un an, j’ai été détenu en otage »

Le photographe de presse Anton Souriapine a appris la fin des poursuites pénales le visant lors d’un tournage au château de Mirsk.

« Il y a déjà des amis qui m’ont appelé pour me congratuler. Bien sûr, je suis très heureux que cette histoire soit enfin terminée et que les gens savent que le KGB a officiellement annoncé que toutes les charges pesant contre moi ont été levées. Pendant presque un an, je me suis trouvé dans une situation proche de celle d’un otage. On ne me disait rien, on ne me convoquait pas pour m’interroger, mais je n’avais pas le droit de quitter le territoire ou de parler publiquement de cette affaire. Oui, c’est comparable au sort d’un otage, c’est pourquoi je suis si heureux que tout cela soit terminé ».

Anton Souriapine s’est également félicité de l’abandon des charges pesant sur Sergueï Bacharimov : « Même si je ne savais pas exactement de quoi il était soupçonné, je suis ravi que dans son cas aussi la justice ait triomphé. »

L’abandon de ces poursuites indique-t-il que l’affaire du « débarquement des ours en peluche » est entièrement terminée ? Anton Souriatine ne se risque pas à répondre à cette question.

« Peut-être qu’ils ont complètement fermé cette affaire, peut-être qu’ils ne l’ont que suspendue. Il y a bien eu le procès d’un douanier qui a été sanctionné pour ne pas avoir informé sa direction de l’arrivée de l’avion suédois. J’espère que plus personne ne sera jugé. Mais qui sait ce qui peut se produire dans la tête de ces enquêteurs ou de leurs chefs ? »

Rappelons qu’un monomoteur transportant un équipage suédois travaillant pour la compagnie Studio Total est entré sans autorisation dans l’espace aérien du Bélarus le 4 juillet 2012 au matin. L’appareil est resté dans l’espace aérien du pays environ une heure et demie, et a largué sur Ivenets et la périphérie de Minsk plus de 800 ours en peluche auxquels étaient accrochés des messages appelant à des transformations démocratiques profondes au Bélarus.

Articles similaires

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>