Le livre d’Ales Bialiatski est « dangereux pour l’image du Bélarus », estiment les experts d’Etat

bialiacki-kniha

Le livre d’Ales Bialiatski « est susceptible de porter atteinte à l’image de la République du Bélarus ». Telle est la conclusion rendue par la commission d’experts qui a examiné le recueil d’essais intitulé Éclairé par la bélarussité, publié pendant l’emprisonnement de son auteur.

Quarante exemplaires du livre ont été confisqués à la militante des droits de l’homme Tatiana Reviako à la frontière bélarusso-lituanienne le 3 juillet 2013, rapporte le Centre de défense des droits de l’homme Viasna. Tatiana Reviako a reçu par email la conclusion de la commission d’experts le 3 septembre 2013, après deux mois de correspondance avec les services des douanes.

Ivan Niviarkevich, chef du département des douanes d’Achmiany, a envoyé à Tatiana Reviako une notification l’informant que les douanes examineraient les livres le 5 juillet. Cet examen a été réalisé par le chef du Département principal à l’idéologie, la culture et la jeunesse du Comité exécutif régional de Grodno.

Valentin Stefanovitch, directeur adjoint du Centre de défense des droits de l’homme Viasna, a commenté la conclusion de l’expertise : « Premièrement, cette prétendue procédure de contrôle a été marquée par de nombreuses infractions. Les départements chargés de l’idéologie ne peuvent pas être considérés comme des commissions d’experts. Deuxièmement, je considère personnellement que cette conclusion procède d’une approche exclusivement politique du livre. Elle n’aborde à aucun moment des aspects comme les études littéraires ou quoi que ce soit de tel. »

Les responsables de l’idéologie accusent le livre d’Ales Bialiatski d’être truffé de rhétorique anti-soviétique, de nationalisme et d’autres clichés datant de l’époque de l’URSS, affirme le défenseur des droits de l’homme.

« J’ai eu l’impression que ces soi-disant experts ont été conservés dans un réfrigérateur depuis les années 1970. Ils ont récemment été décongelés, et on leur a ordonné d’émettre un avis d’expert sur l’album « Photos de presse au Bélarus 2011″ et sur le livre de Bialiatski. À la différence des albums, le livre n’a pas été déclaré « extrémiste », mais les « experts » ont considéré que l’auteur avait une vision biaisée du passé du pays, ce qui pourrait porter atteinte à l’image de la République du Bélarus. Je pense que ce qui cause le plus de mal à l’image du Bélarus, c’est le comportement de ces idéologues », commente Valentin Stefanovitch.

Articles similaires

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>