Le prestigieux Prix des droits de l’homme Vaclav Havel a été attribué à Ales Bialiatski

Vaclav-Havel-Ales-Bialiatski

Le Conseil de l’Europe a annoncé l’attribution du Prix des droits de l’homme Vaclav Havel pour l’année 2013 à Ales Bialiatski, président du Centre de défense des droits de l’homme Viasna et vice-président de la FIDH. Viasna et la FIDH félicitent sincèrement le lauréat pour cette récompense prestigieuse.

Le célèbre défenseur des droits de l’homme bélarusse Ales Bialiatski a été arrêté en août 2011 et condamné à quatre ans et demi de détention en colonie pénitentiaire à régime sévère pour son action en faveur des droits de l’homme.

Valiantsin Stefanovich, vice-président du centre des droits de l’Homme Viasna, a déclaré que « L’attribution de ce prix à Ales Bialiatski est hautement symbolique. Ales a eu l’occasion de rencontrer Vaclav Havel il y a plusieurs années, et quelques jours à peine avant sa mort, ce dernier lui avait écrit une lettre alors même qu’il était déjà en prison. M. Havel lui exprimait son soutien et son espoir de voir un jour le Bélarus devenir un État démocratique ».

Ales Bialiatski, qui a célébré son 51ème anniversaire en prison le 25 septembre dernier, a passé les vingt dernières années à œuvrer activement pour la défense des droits de l’homme, au Bélarus comme à l’étranger. En mai 2013, lors du 38ème Congrès de la FIDH tenu à Istanbul, tous les délégués ont montré à Ales leur soutien et leur confiance en le reconduisant dans ses fonctions de vice-président de la FIDH.

Avec ses collègues du Centre de défense des droits de l’homme Viasna, qu’il a fondé en 1996, Ales a apporté une aide précieuse aux prisonniers politiques et à leurs familles. Les activités de cette organisation gênent considérablement le régime d’Alexandre Loukachenko, qui a fini par faire condamner Ales Bialiatski pour « évasion fiscale » (sur des sommes envoyées par des donateurs étrangers à Viasna afin de financer ses activités de défense des droits de l’homme) à une lourde peine dans une colonie pénitentiaire à régime sévère et à la confiscation du local de l’organisation.

« Le régime ne ressent aucun honte à harceler Viasna, ses membres et les autres organisations de défense des droits de l’homme du pays en représailles de leurs activités pourtant vraiment légitimes et nécessaires. Il n’hésite pas non plus à les poursuivre pour des crimes de droit commun », a déclaré le président de la FIDH Karim Lahidji. « J’espère que ce prix rappellera à la communauté internationale et tout particulièrement aux États européens, qu’il y a, tout près d’eux, des pays où les autorités continuent de réprimer leur propre peuple en toute impunité », a-t-il ajouté.

La FIDH salue également les deux autres finalistes du Prix : l’Association des jeunes juristes (Géorgie) et le Réseau Défense des Droits (Chine).

Le Prix des Droits de l’Homme Václav Havel, qui récompense des actions exceptionnelles de la société civile dans la défense des droits de l’homme en Europe et en dehors du continent, est décerné chaque année par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, en partenariat avec la Bibliothèque Václav Havel et la Fondation Charte 77.

 

Articles similaires

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>