Les défenseurs des droits de l’homme ont discuté avec les autorités néerlandaises des violations des droits humains au Bélarus

human rights belarus_holland

La Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) et le Comité Helsinki des Pays-Bas (Netherlands Helsinki Committee, NHC) ont invité une délégation de défenseurs bélarusses et russes des droits de l’homme pour discuter avec les autorités néerlandaises des violations systématiques des droits humains au Bélarus.

Lors de cette visite qui a duré trois jours, Valentin Stefanovitch, vice-président du Centre de défense des droits de l’homme Viasna, Janna Litvina, présidente de l’Association bélarusse des journalistes (BAJ), ainsi qu’Olga Zakharova et Iouri Djibladze, défenseurs russes des droits de l’homme appartenant au Comité international de contrôle de la situation des droits humains au Bélarus, se sont rendus à La Haye et à Amsterdam, où ils ont eu une série de rencontres au ministère des Affaires étrangères et au parlement des Pays-Bas, et échangé avec des représentants de diverses ONG néerlandaises et internationales.

Au ministère des Affaires étrangères, la délégation a rencontré la directrice du Bureau européen Daphne Bergsma, ainsi que l’ambassadeur néerlandais aux droits de l’homme Lionel Veer, le représentant spécial du ministère néerlandais des Affaires étrangères pour le Partenariat oriental Dirk Jan Kop et des représentants des Bureaux de politique internationale et de relations économiques.

 Pays-Bas_human rights Belarus        IMG_5173

Le 12 septembre, des audiences consacrées au sujet « Bélarus : business et droits de l’homme » se sont tenues au Parlement. De nombreuses compagnies des Pays-Bas — un pays qui est la première destination d’exportation du Bélarus après la Russie — doivent être informées des violations grossières des droits de l’homme qui ont cours au Bélarus, estime Hans Van Bommel, député au Parlement néerlandais et organisateur de ces audiences.

 IMG_5163        Litvina_human_rights_belarus

Le vice-président du Centre de défense des droits de l’homme Viasna, Valentin Stefanovitch, a parlé des violations des droits civils et politiques, soulignant particulièrement la situation des prisonniers politiques et rappelant que Dachkevitch et Frantskevitch, récemment libérés, ont été obligés de purger leur peine jusqu’au bout, et que Dachkevitch a vu sa peine allongée alors qu’il se trouvait déjà en détention.

Janna Litvina a décrit les problèmes rencontrés par les journalistes indépendants et par les médias en général, et insisté sur le fait que les journalistes étaient fréquemment interpellés par la police dans l’exercice de leur travail et voyaient leur accès aux informations limité. La législation bélarusse, a-t-elle déclaré, doit absolument être mise en conformité avec les normes et standards internationaux. Elle a également souligné la nécessité de conceptualiser la réforme du secteur des médias — ce qui doit obligatoirement impliquer la contribution d’experts étrangers.

 pravaabaroncy-halandyja_kulaeva-stefanovich          Kulaeva_Zhibladze_Zaxarova_prava cheloveka Belarus

Sacha Koulaeva, directrice du bureau de l’Europe orientale et de l’Asie centrale à la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), a présenté les résultats de la mission d’étude sur les conditions de travail et les éléments de travail forcé au Bélarus que la FIDH a conduite conjointement avec Viasna en juin 2013 dans plusieurs villes bélarusses.

Iouri Djibladze et Olga Zakharova ont présenté leurs recherches sur les investissements néerlandais au Bélarus et souligné que la coopération avec le régime bélarusse devait être conditionnée à l’amélioration de la situation des droits de l’homme dans ce pays.

Mme Daphne Bergsma, directrice du Bureau européen, a déclaré au nom du ministère néerlandais des Affaires étrangères que les Pays-Bas soutenaient pleinement la société civile du Bélarus et considéraient qu’une société civile forte était une condition nécessaire à l’amélioration de la situation dans le pays. Elle a rappelé que les Pays-Bas n’hésitaient pas, dans tous les forums internationaux, à critiquer sévèrement la situation des droits de l’homme au Bélarus et escomptaient une approche tout aussi critique de la part des autres pays européens. De son côté, le député Hans Van Bommel s’est engagé à soulever devant le Parlement les questions abordées lors de ces audiences.

À l’invitation d’Amnesty International Pays-Bas, une réunion publique a été organisée à Amsterdam à l’intention des activistes et collaborateurs des ONG et syndicats travaillant avec le Bélarus. La section néerlandaise d’Amnesty International a confirmé sa décision de poursuivre une campagne de grande ampleur visant à obtenir la libération du directeur du Centre de défense des droits de l’homme Viasna et vice-président de la FIDH Ales Bialiatski, ainsi que l’amélioration de la situation des droits de l’homme dans le pays, y compris l’abolition de la peine de mort.

 

 

 

Articles similaires

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>