L’epouse d’Ales Bialiatski appelle à ne faire aucune concession vis-à-vis du régime tant que les prisonniers politiques ne sont pas réhabilités

epouse_bialiatski_rehabilitation_prisonniers_politiques

La femme d’Ales Bialiatski appelle à ne faire aucune concession vis-à-vis du régime tant que les prisonniers politiques ne sont pas réhabilités.

Natalia Pinchuk s’est exprimée lors du troisième forum de défense des droits de l’Homme qui se déroule à Vilnius. D’après Radio Svaboda, l’épouse d’Ales Bialiatski a appelé à ne pas laisser de côté la question de la réhabilitation, à ne pas diminuer la pression sur les autorités bélarusses et à ne pas faire de concessions tant que tous les prisonniers politiques ne seront pas libérés.

« On commence à voir, dans certains articles ou discours de défenseurs des droits de l’Homme bélarusses, quelques propositions soi-disant pacifiques pour ne plus exiger la réhabilitation totale des prisonniers politiques. Soi-disant que le régime de toutes façons ne le fera pas.  Il me semble qu’il faut tout d’abord être cohérent et que si on parle au départ de réhabilitation, il faut ensuite s’y tenir. En plus, sans réhabilitation les droits des personnes sont réellement limités, ils ne bénéficient que d’une semi-liberté », a déclaré Natalia Pinchuk lors de son discours.

L’épouse d’Ales Bialiatski a confirmé son appel aux Etats-Unis et à l’Union Européenne pour que leur position vis-à-vis du régime bélarusse soit ferme, cohérente et concertée.

 « Les autorités de Minsk ne comprennent que la force, la fermeté et la cohérence. Les hésitations et les compromis témoignent pour eux de la faiblesse de l’adversaire. Nous, les proches des prisonniers politiques, attendons de l’Europe et des Etats-Unis de la fermeté et l’utilisation de tous les moyens à leur disposition. Il est aussi très important que les démarches américaine et européenne soient coordonnées », a-t-elle déclaré.

Natalia Pinchuk est convaincue que cette position est partagée par son mari, qui purge aujourd’hui sa peine dans la colonie pénitentiaire de Babruïsk.

Il y a aujourd’hui au Bélarus neuf prisonniers politiques. Sont toujours emprisonnés l’ancien candidat à la présidentielle Nikolaï Statkevich, l’entrepreneur Nikolaï Autukhovich et d’autres militants d’opposition.

Voir le discours de la femme d’Ales Bialiatski, Natalia Pinchuk (en bélarusse) :

Articles similaires

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>