Solidarité des prisonniers : Bahreïn – Bélarus

afisha_fidh

Nabil Rajab, directeur du Centre bahreïni des droits de l’homme et secrétaire général adjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), actuellement incarcéré à Bahreïn, transmet un message de solidarité à son collègue bélarusse du Bureau international de la FIDH, le prisonnier politique Ales Bialiatski.

Le 2 décembre, le jour où la justice bahreïnie a rejeté sa demande de libération anticipée (dont il devrait bénéficier selon la législation nationale, puisqu’il a purgé plus des trois quarts de sa peine), Nabil a pu téléphoner au secrétariat international de la FIDH, depuis la prison « Jaw » où il est détenu, et dire qu’il était profondément préoccupé par le sort d’Ales. Nabil a déclaré que la première chose qu’il souhaiterait faire après sa libération serait de rencontrer la famille et les amis d’Ales, car « leurs problèmes sont les miens ».

Nabil Rajab a fait passer ce message à Sacha Koulaeva, du bureau parisien de la FIDH. Lors d’une courte conversation téléphonique, il lui a demandé des nouvelles de la santé d’Ales Bialiatski et de ses conditions de détention. Il lui a également posé des questions sur la situation de la famille et des collègues d’Ales au Centre de défense des droits humains Viasna, et a prié Sacha de tous les assurer de son soutien.

Sacha Koulaeva rappelle que dès les premiers jours de l’emprisonnement d’Ales Bialiatski, Nabil Rajab a très activement pris la défense du vice-président de la FIDH et directeur de Viasna.

rajab_for_bialiatski

L’épouse de Nabil, Soumaya Rajab, a transmis au CDH Viasna une photo du bureau de Nabil au Centre bahreïni des droits de l’homme. Depuis l’arrestation d’Ales, un tshirt représentant son portrait surmonté de l’inscription «Freedom for Ales Bialiatski» était accroché dans le bureau de Nabil.

Rappelons que le CDH Viasna, ainsi que plusieurs autres organisations de défense des droits humains, a participé à une action de soutien à son collègue bahreïni et s’est récemment joint sur les réseaux sociaux à une action exigeant des autorités de Bahreïn qu’elles libèrent le prisonnier politique, conformément à la législation de son pays.

Articles similaires

Mots clés:  ,

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>