Les défenseurs des droits humains bélarusses: la législation sur les droits des handicapés continue d’être largement ignorée

drazdouski-office-prava-invalidov

Le 15 janvier, le tribunal de l’arrondissement Oktiabrski (Minsk) a partiellement donné satisfaction à la plainte déposée par Yauhen Shevko, président de l’Association républicaine des invalides en fauteuil roulant (RAIK) contre l’Aéroport national de Minsk pour utilisation de fauteuils non sécurisés pour les déplacements des handicapés. C’est le plaignant lui-même qui l’a annoncé lors d’une conférence de presse tenue à Minsk. Le président de la RAIK a notamment précisé que la cour avait condamné l’aéroport à lui verser 5 millions de roubles en guise de compensation pour dommages moraux.

« Ce n’est pas le premier verdict allant dans ce sens, mais hélas cela arrive encore trop rarement pour vraiment changer le cours des choses, — a déclaré à l’agence d’informations BelaPAN Sergey Drozdovsky, coordinateur du Bureau des personnes handicapées. — Il est extrêmement rare que des personnes qui, à cause de leur handicap, ont été humiliées, voire dont la vie a été mise en danger, portent plainte devant les tribunaux. Mais, jusqu’à présent, tous les procès de ce genre ont été gagnés par les plaignants. Je recommande de ne pas laisser passer de telles affaires. Les victimes doivent s’adresser aux tribunaux et les coupables doivent être punis. Je pense que tous nos organismes publics sont prêts à soutenir, au niveau moral comme juridique, les handicapés ayant décidé de faire valoir leurs droits. (…) L’exemple du procès auquel a participé Yauhen Shevko montre de façon évidente qu’il serait très difficile de tenir le coup pendant un procès de trois mois pour un individu isolé qui aurait préparé son dossier lui-même et représenterait lui-même ses intérêts devant la cour. »

D’après Drozdovsky, la législation bélarusse en matière de droits des handicapés continue d’être massivement inappliquée. Les organes de supervision et le Parquet ne font pratiquement rien pour mettre fin à ces infractions, estime-t-il. « Aujourd’hui, avant cette conférence de presse, mes collègues m’ont dit : « Bon, d’accord, l’aéroport… Mais ce qui se passe dans les gares ferroviaires est bien pire. » On apprend très régulièrement que des infractions ont lieu dans tous les domaines de la vie publique », a conclu le défenseur des droits humains.

Articles similaires

Mots clés:  

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>