Ales Bialiatski a reçu le prix de Défenseur des droits civils de l’année 2014

SAMSUNG

Le directeur du CDH Viasna et vice-président de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme Ales Bialiatski est devenu le lauréat du prix « Défenseur des droits civils de l’année ». Lors d’une cérémonie solennelle tenue le 4 avril à Stockholm, l’organisation de défense des droits humains Civil Rights Defenders a remis le prix à son épouse Natalia Pinchuk et à ses amis et collègues du CDH Viasna Valiantsin Stefanovich, Vladimir Labkovich et Tatsiana Reviaka.

En annonçant le nom du « Défenseur des droits civils de l’année 2014 », Civil Rights Defenders a souligné qu’Ales Bialiatski avait consacré plus de trente ans de sa vie à un combat sans répit pour la démocratie et les droits humains, d’abord en URSS puis au Bélarus.

« Ales est l’un des onze prisonniers politiques détenus par le régime biélorusse, souvent qualifié de « dernière dictature d’Europe ». Il a été condamné à quatre ans et demi d’emprisonnement pour évasion fiscale à la suite d’un procès aux motivations clairement politiques. Il a été arrêté le 4 août 2011. Il est détenu depuis cette date et privé de tout échange libre avec le reste du monde. Dirigeant de la principale organisation de défense des droits humains du pays, Viasna, Ales Bialiatski est une personnalité centrale de la société civile bélarusse », rappelle Civil Rights Defenders.

Stefanovich-speaking-Bialiatski-award  Bialiatski-Civil-Defender-2014

Le directeur adjoint de Viasna, Valiantsin Stefanovich, a commenté cet événement : « Il est important qu’Ales obtienne cette reconnaissance de son action. C’est un homme fort et chaleureux, passionné par les idées de la démocratie et des droits humains. Le soutien extérieur que représente cette récompense le renforce pour longtemps — et pas seulement lui, mais aussi tous les membres de Viasna. Cela nous inspire également à continuer de nous battre pour un Bélarus démocratique. On ne peut obtenir des changements durables qu’à l’aide des pressions exercées sur le régime par le monde extérieur. Je serais très heureux d’apprendre cette bonne nouvelle à Ales, et je lui ai envoyé une lettre pour la lui annoncer ; malheureusement, je ne sais pas si elle lui a été remise, parce qu’à ce jour ne j’ai pas reçu de réponse. »

Depuis la création de Viasna, en 1996, Ales a été interpellé et arrêté plus de vingt fois, le plus souvent pour des petites infractions comme la distribution d’exemplaires de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

« Le procès d’Ales Bialiatski s’est tenu malgré les protestations internationales et les nombreuses demandes de le remettre en liberté. Ces poursuites pénales étaient directement liées à ses activités en matière de défense des droits humains, et sa condamnation a eu valeur d’avertissement pour l’ensemble de la société civile bélarusse », a déclaré Robert Hord, directeur de Civil Rights Defenders.

Ales a déjà reçu plusieurs récompenses internationales, notamment le prix suédois Per Anger et les prix Sakharov et Homo Homini. Il a été nominé à deux reprises au prix Nobel de la paix, en 2006 et 2007.

Le prix de « Défenseur des droits civils de l’année » est attribué par Civil Rights Defenders le 4 avril, jour de l’assassinat du docteur Martin Luther King. Il est remis lors de la conférence annuelle de Civil Rights Defenders intitulée « Les journées des défenseurs des droits humains », qui se tient à Stockholm et réunit des défenseurs des droits humains du monde entier.

Benedict Berner, président par intérim de l’organisation de défense des droits humains Civil Rights Defenders, parle d’Ales Bialiatski et de la récompense qui lui a été attribuée (vidéo en anglais) :

Articles similaires

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>