« Au nom de la république du Bélarus » : Pavel Sialiun a été exécuté.

death-penalty

Le condamné à mort Pavel Sialiun a été exécuté ces jours-ci.  Cependant, sa plainte est toujours en attente devant le Comité des droits de l’Homme aux Nations Unies. Cela signifie que le Bélarus a encore enfreint ses obligations internationales.

Le 12 juin 2013, la Cour régionale de Hrodna a reconnu Pavel Sialiun, 23 ans, ancien étudiant du département d’histoire de l’université d’Etat bélarusse, coupable sous quatre articles du Code pénal, comprenant le double meurtre, le vol et la profanation de cadavres. Le jeune homme n’avait pas de casier judiciaire avant. Il a déclaré que ses actions étaient dues à la jalousie : il a tué sa femme et son amant.

Pour ces multiples infractions, le tribunal de première instance a condamné Pavel Sialiun à la peine capitale.

Le condamné a fait appel qui a été examiné par le Conseil de  la magistrature de la Cour suprême le 17 septembre 2013, mais le verdict a été confirmé.

La mère de Pavel Sialiun a écrit au Président Lukachenko et au chef de l’église orthodoxe bélarusse Filaret pour demander de gracier son fils et de replacer la peine de mort par un emprisonnement à vie. Pavel Sialiun a aussi imploré la grâce de Lukachenko.

Aujourd’hui la mère du condamné a appris par son avocat que la sentence avait été exécutée. L’avocat avait rendez-vous avec son client mais on lui a annoncé que Sialiun  était « parti pour condamnation », ce qui signifie que le condamné a été exécuté.

Aucun document écrit ou message n’a été envoyé aux proches de Pavel Sialiun. Sa mère n’a pas été informée de la décision de la commission des grâces ni de la date de l’exécution. Elle prévoyait dans les prochains jours de rendre visite à son fils en prison.

Le Comité des droits de l’Homme aux Nations Unies a enregistré une plainte de la part de Pavel Sialiun. Selon le paragraphe 92 de la règle de procédure du Comité, l’Etat ne doit pas exécuter la peine de mort tant que le bien-fondé de la plainte de la victime n’a pas été examiné. Ainsi, le Bélarus a de nouveau violé ses obligations internationales.

Articles similaires

Mots clés:  

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>