Nouvelle condamnation à mort prononcée au Bélarus

death-penalty

La condamnation à mort d’Alexandre Grounov, un habitant de Gomel âgé de 26 ans, a été confirmée. D’après son avocat, le jeune homme ne croit pas que le président pourrait le grcier ; c’est pourquoi on ignore à ce stade s’il va déposer une demande de grâce.

Le 8 avril, la Cour suprême a examiné pour la seconde fois la demande en cassation d’Alexandre Grounov contre sa condamnation à mort par le tribunal régional de Gomel. Le jeune homme est jugé en vertu du paragraphe 2 de la partie 6 de l’article 139 du Code pénal : assassinat commis avec une cruauté extrême.

Le coordinateur de la campagne « Les défenseurs des droits humains contre la peine de mort au Bélarus » Andreï Palouda a suivi l’affaire Grounov. « Dans toute l’histoire du Bélarus indépendant, le président n’a gracié qu’un seul condamné à mort. Cela explique pourquoi les personnes condamnées ne croient généralement pas à la possibilité d’une grâce. Dans le cas de Grounov, la situation est encore compliquée par le fait que Loukachenko a personnellement déclaré au procureur général Koniouk que l’accusé ne méritait en aucun cas la grâce — et cela, alors qu’à ce moment-là la Cour suprême n’avait pas encore rendu sa décision — explique le défenseur des droits humains. — Cependant, Grounov nous a autorisés à nous adresser en son nom au Comité des droits de l’homme de l’ONU. »

Pour en savoir plus sur le condamné et sur son procès, voir l’article en anglais

Articles similaires

Mots clés:  

Laisser une réponse

Vous pouvez utilisez ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>