Conditions de détention

Après son arrestation en août 2011 et sa condamnation à quatre ans et demi d’emprisonnement, Ales Bialiatski, Président du CDH Viasna et Vice-président de la FIDH, a été transféré dans une colonie pénitentiaire à régime sévère à Bobruisk en février 2012. Ses conditions de détention sont rudes : il travaille six jours par semaine à des travaux manuels et est isolé même à l’intérieur du camp, au point que ses codétenus ont l’interdiction de lui parler sous peine de sanctions. Plusieurs rencontres personnelles, longues et brèves, avec sa femme, ont été annulées à titre de punition. Il est régulièrement privé de son droit de recevoir des colis alimentaires, et de fausses allégations répétées selon lesquelles il aurait commis des « violations du régime de la prison» interdisent tout espoir d’une libération anticipée ou d’une éventuelle amnistie. Malgré cela, Ales Bialiatski garde une attitude positive, et continue d’écrire abondamment. Depuis qu’il est en détention, il a fait passer deux livres par des lettres, qui ont été publiés.

Vous trouverez ci-dessous les articles sur les conditions de détention d’Ales Bialiatski, et sur les dernières nouvelles le concernant :

Les traitements inhumains et les menaces planant sur la vie des prisonniers politiques bélarusses doivent prendre fin

La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et son organisation membre au Bélarus, le Centre de défense des droits de l’Homme Viasna, condamnent fermement le traitement inhumain des prisonniers politiques dans les prisons bélarusses. Des sources fiables indiquent que les prisonniers politiques détenus au Bélarus subissent en permanence des pressions physiques et psychologiques, y compris des menaces de mort, des transferts injustifiés et des soins de santé épouvantables.

Menaces de mort et transferts injustifiés

Andreï Sannikau, ancien candidat à l’élection présidentielle, condamné à cinq ans d’emprisonnement le 1er mai 2011, a été soumis à une pression psychologique et physique constante de la part des autorités pénitentiaires bélarusses...

Lire la suite

L’affaire pénale visant Bialiatski a été transférée à la cour du district de Pervomaïski de Minsk

Le Parquet de Minsk a transmis à la cour du district de Pervomaïskoé l’affaire pénale concernant le directeur du Centre de défense des droits de l’homme « Viasna » Ales Bialiatski, accusé d’évasion fiscale à grande échelle.

Le Parquet de Minsk a transmis à la cour du district de Pervomaïskoé l’affaire pénale visant A. Bialiatski, accusé en fonction de la partie 2 de l’art. 243 du Code pénal « Évasion fiscale ayant causé des préjudices à grande échelle » —, a déclaré le procureur adjoint de Minsk, Sergueï Balachev.

Lire la suite

Valentin Stefanovich exprime ses craintes suite aux dernières nouvelles sur l’affaire Bialiatski

Lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée le 3 octobre à Minsk, Valentin Stefanovitch, vice-président du Centre « Viasna », a déclaré que l’arrestation de M. Bialiatski et les accusations prononcées contre étaient unanimement considérées par l’Union Européenne et l’ONU comme étant des représailles de ses activités de défenseur des droits de l’homme.

D’après lui, l’affaire de Bialiatski a déjà été transmise au parquet bélarusse. « Il a fini de prendre connaissance des dossiers, et le parquet doit maintenant les transmettre au tribunal. Je pense qu’un procès pourrait débuter dès la deuxième quinzaine d’octobre », a déclaré M. Stefanovich.

« La situation qui s’est formée autour d’Ales en ce moment m’inquiète grandement », avoue-t-il dans des propos rapportés par l’agence BelaPAN...

Lire la suite

Deux mois ont passé depuis l’arrestation d’Ales Bialiatski

Le 4 octobre, le célèbre militant des droits de l’Homme bélarusse Ales Bialiatski, vice-président de la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH), entamait son troisième mois de détention.

Le militant des droits de l’Homme Valiantsin Stefanovich a déclaré à BelaPAN que Bialiatski allait bien. « Les nouvelles de sa part arrivent avec un certain délai. Mais je sais que la semaine dernière, il a pu prendre connaissance des éléments de son dossier, et son avocat ne nous a pas dit qu’il avait des soucis de santé ou d’autres problèmes », a confié Stefanovich.

D’après Stefanovich, l’affaire Bialiatski a été transmise au parquet et sera ensuite transmise au tribunal. « Il y a certains éléments qui peuvent influer sur son sort...

Lire la suite

Ales Bialiatski a commencé à examiner les éléments de son dossiers

Le directeur de Viasna, qui se trouve depuis presque deux mois en détention préventive, a commencé le 23 septembre dernier à étudier les pièces de l’accusation dont il fait l’objet aux termes de la partie 2 de l’article 243 du Code pénal (« Évasion fiscale à grande échelle »).

« On peut considérer que l’enquête sur l’affaire Ales Bialiatski est terminée, car depuis vendredi, il étudie, avec son avocat, les éléments du dossier »- explique Vladimir Labkovich, le juriste de « Viasna ».

Il estime probable que le procès d’Ales Bialiatski débutera dès la deuxième moitié du mois d’octobre.

« Nous exigeons sa libération immédiate et inconditionnelle. Nous considérons que l’enquête et le procès à venir sont motivés politiquement », souligne Vladimir Labkovich.

Alors que le procès d’Ales Bialiatski ...

Lire la suite

L’épouse d’Ales Bialiatski s’est vu refuser une entrevue avec son mari

Le site du Centre de défense des droits de l’homme « Viasna » annonce que l’épouse du défenseur des droits de l’homme Ales Bialiatski s’est vu refuser une entrevue avec son mari.

La raison de ce refus n’est pas connue. Natalia Bialiatskaïa n’a pas vu son époux depuis le 5 août, quand il a été transféré du centre d’instruction préparative du Département d’enquêtes financières du Comité de contrôle d’État au centre de détention provisoire N°1 (SIZOn°1).

Ales Bialiatski, vice-président de la Fédération internationale des droits de l’homme et directeur du Centre des droits de l’homme Viasna (qui a été interdit par les autorités bélarusses), a été interpellé à Minsk le 4 août au soir. Le lendemain, il a été officiellement été incarcéré...

Lire la suite

Extraits des lettres d’Ales envoyées de prison

Ales Bialiatski, le président du Centre de défense des droits de l’homme «Viasna», actuellement sous les verrous, s’efforce d’utiliser le temps qu’il est forcé de passer derrière les barreaux de la façon la plus productive possible. Le militant lit beaucoup, étudie la langue anglaise, fait des exercices physiques et couche sur le papier ses souvenirs sur l’Union de jeunes écrivains « Touteïchya », dont il fut l’un des fondateurs.

« Ici, il n’y a rien d’autre à faire que lire des lettres et écrire soi-même (ce que je n’avais plus fait depuis une quinzaine d’années). Je me porte bien...
Lire la suite