Conditions de détention

Après son arrestation en août 2011 et sa condamnation à quatre ans et demi d’emprisonnement, Ales Bialiatski, Président du CDH Viasna et Vice-président de la FIDH, a été transféré dans une colonie pénitentiaire à régime sévère à Bobruisk en février 2012. Ses conditions de détention sont rudes : il travaille six jours par semaine à des travaux manuels et est isolé même à l’intérieur du camp, au point que ses codétenus ont l’interdiction de lui parler sous peine de sanctions. Plusieurs rencontres personnelles, longues et brèves, avec sa femme, ont été annulées à titre de punition. Il est régulièrement privé de son droit de recevoir des colis alimentaires, et de fausses allégations répétées selon lesquelles il aurait commis des « violations du régime de la prison» interdisent tout espoir d’une libération anticipée ou d’une éventuelle amnistie. Malgré cela, Ales Bialiatski garde une attitude positive, et continue d’écrire abondamment. Depuis qu’il est en détention, il a fait passer deux livres par des lettres, qui ont été publiés.

Vous trouverez ci-dessous les articles sur les conditions de détention d’Ales Bialiatski, et sur les dernières nouvelles le concernant :

Ales Bialiatski souhaite de bonnes fêtes aux défenseurs des droits humains et activistes civiques de Baranovichi

Ales Bialiatski est condamné à quatre ans et demi d’emprisonnement en colonie de régime sévère et à la confiscation de ses biens

Le prisonnier politique Ales Bialiatski a envoyé des cartes postales pour souhaiter un joyeux Noël et une bonne année 2014 aux défenseurs des droits humains Sergei Govsh et Vyacheslav Bolbat ainsi qu’aux activistes civiques Anzhelika Kambalova, Gennady Artsimenko et Viktor Syritsa.

Il les remercie tous pour le soutien moral qu’ils lui fournissent. Il écrit que sa vie se déroule globalement comme d’habitude, qu’il se sent bien, qu’il continue de travailler mais que ses amis et sa famille lui manquent. Il écrit aussi qu’il a fêté Noël — selon Ales Bialiatski, pour Lui, il n’y a ni murs ni barbelés.

Lire la suite

Natalia Pinchuk, l’épouse d’Ales Bialiatski, parle d’elle-même, de son mari et de la situation au Bélarus

Natalia Pinchuk aurait voulu être médecin ou peintre, mais ses parents ont choisi pour elle un autre métier : celui de professeur d’histoire. Le pouvoir de son pays l’a condamnée à un destin d’épouse de prisonnier politique. Et sa propre conscience a fait d’elle une militante des droits humains. Invitée par la rédaction bélarusse de Radio Liberté, « Les stalkers de la liberté », l’activiste sociale Natalia Pinchuk — dont le mari, le directeur du Centre de défense des droits humains Viasna et vice-président de la FIDH Ales Bialiatski, est emprisonné depuis août 2011 — a parlé de sa vie et de sa vision de la situation de son pays.

Lire la suite

Ales Bialiatski : « Tous les prix et les récompenses sont des signaux clairs envoyés aux personnes de bonne et de mauvaise volonté au Bélarus »

bialiatski-mayor-paris

Ales Bialiatski a réagi à son élévation à la dignité de citoyen d’honneur de la ville de Paris. Lors de la cérémonie d’attribution, tenue le 10 décembre à l’Hôtel de Ville de Paris, le fils du prisonniers politique, Adam Bialiatski, a lu à l’assistance quelques mots écrits par Ales depuis la colonie de Bobrouïsk où il est détenu.

« L’attribution de la citoyenneté d’honneur de Paris est pour moi un privilège aussi immense qu’inattendu. Je veux remercier le Conseil municipal de Paris, le maire de Paris et le Conseil municipal du 11ème arrondissement, qui s’est trouvé à l’origine de cette initiative, et bien sûr tous ceux qui y ont pris part.

Je comprends parfaitement que cette citoyenneté d’honneur constitue, dans une large mesure, une avance sur l’a...

Lire la suite

Ales Bialiatski : « Ah Paris … mais je rentre chez moi »

ales_sourire

A l’occasion de la Journée mondiale des droits de l’Homme et de la remise de la citoyenneté d’honneur de la ville de Paris (des mains de Bertrand Delanoe) au défenseur des droits de l’Homme bélarusse Ales Bialiatski, nous publions les extraits de lettres de ce dernier. Emprisonné depuis plus de deux ans, Ales Bialiatski, directeur du Centre de défense des droits humains Viasna (Bélarus) et vice-président de la Fédération des droits de l’Homme (FIDH), y revient sur une de sa dernière visite à Paris.

2 décembre 2012, Babrouïsk

Une session ordinaire du Bureau international de la FIDH s’est tenue fin juin 2011 à Paris. Le Bureau se réunit généralement trois fois par an...

Lire la suite

Deuxième anniversaire de la condamnation politique d’Ales Bialiatski

bialiacki-prix-APCE

Il y a deux ans, le 24 novembre 2011, le Tribunal du district Pervomaïski (Minsk) a jugé Ales Bialiatski, directeur du Centre de défense des droits humains Viasna et vice-président de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme, coupable du crime défini par la partie 2 de l’article 243 du Code pénal de la République du Bélarus (évasion fiscale à grande échelle) et l’a condamné à quatre ans et demi d’emprisonnement à régime sévère et à la confiscation de ses biens.

Le Centre de défense des droits humains Viasna, de même que les grandes organisations internationales de défense des droits de l’homme, ont déclaré que cette condamnation était motivée politiquement et visait à mettre fin aux activités légitimes dans le domaine de la défense des ...

Lire la suite

Ales Bialiatski continue à écrire en prison

ales_prigovor

Un livre de mémoires et d’articles socio-politiques, rédigé par le Président du centre de défense des droits de l’Homme Viasna est en préparation pour être publié. Il a écrit la majeure partie de l’ouvrage alors qu’il était en prison.

Selon le compilateur du livre, Palina Stsepanenka, ce nouveau livre sera la continuation logique de l’ouvrage déjà publié « Eclairés par la bélarussité ».

« Eclairés par la bélarussité » était un livre exclusivement littéraire alors que celui-ci inclura ses mémoires sur ses activités politiques et sociales. Il a récemment commencé à écrire au sujet de Viktar Ivachkevitch...

Lire la suite

Le livre d’Ales Bialiatski est « dangereux pour l’image du Bélarus », estiment les experts d’Etat

bialiacki-kniha

Le livre d’Ales Bialiatski « est susceptible de porter atteinte à l’image de la République du Bélarus ». Telle est la conclusion rendue par la commission d’experts qui a examiné le recueil d’essais intitulé Éclairé par la bélarussité, publié pendant l’emprisonnement de son auteur.

Quarante exemplaires du livre ont été confisqués à la militante des droits de l’homme Tatiana Reviako à la frontière bélarusso-lituanienne le 3 juillet 2013, rapporte le Centre de défense des droits de l’homme Viasna. Tatiana Reviako a reçu par email la conclusion de la commission d’experts le 3 septembre 2013, après deux mois de correspondance avec les services des douanes.

Ivan Niviarkevich, chef du département des douanes d’Achmiany, a envoyé à Tatiana Reviako une notifi...

Lire la suite

L’épouse d’Ales Bialiatski : un coup de téléphone, c’est comme une rencontre

pinchuk-bialiatski

Le défenseur des droits de l’homme Ales Bialiatski, détenu à la colonie pénitentiaire de Bobrouïsk, continue de correspondre avec ses amis et ses proches. Comme l’a rapporté l’épouse du prisonnier politique, Natalia Pintchouk, il a parfois la possibilité de téléphoner.

« Une fois par semaine, parfois une fois toutes les deux semaines, je reçois une lettre de sa part. Quand je n’en reçois pas pendant un certain temps, je demande à mes amis ce qu’il en est de leur côté, et ils me disent qu’Ales écrit à eux aussi. Cela me permet de constater qu’il peut correspondre avec le monde extérieure d’une façon plus ou moins normale. Il lui arrive également de téléphoner. Quand il appelle, il est toujours d’humeur enjouée...

Lire la suite

Ales Bialiatski a été autorisé à recevoir une courte visite de ses proches

Le 21 août, le directeur emprisonné du Centre de défense des droits de l’homme Viasna, Ales Bialiatski, a reçu la visite de son épouse Natalia Pintchouk et de sa sœur Olga.

Il s’agit de la première rencontre de deux heures que le défenseur des droits de l’homme a eue avec des membres de sa famille depuis décembre 2012.

Natalia Pintchouk rapporte qu’« Ales a dit qu’il se sentait bien. Il a le moral, mais on ne peut évidemment pas considérer que deux ans de détention dans une colonie pénitentiaire à Bobrouïsk constituent une situation normale ».

Le défenseur des droits de l’homme Ales Bialiatski continue de travailler à l’atelier de couture de la colonie. Il lit beaucoup et suit l’actualité dans les journaux...

Lire la suite

Le directeur emprisonné du centre Viasna, Ales Bialiatski, a été autorisé à recevoir un colis alimentaire

pinchuk-bialiatski

Aujourd’hui, le 7 août, le prisonnier politique Ales Bialiatski, directeur du Centre de défense des droits de l’homme Viasna, a reçu son premier colis alimentaire de cette année. Le 6 mai 2013, l’épouse du défenseur des droits de l’homme emprisonné s’était rendue à la colonie pénitentiaire N°2 de Babrouïsk, où il se trouve depuis février 2012, pour lui transmettre un colis alimentaire. Mais des employés de la colonie lui ont expliqué qu’en mars 2013, à la suite de sanctions disciplinaires décidées à son endroit, Ales Bialiatski avait été privé du droit de recevoir des colis alimentaires pour six mois.

Rappelons qu’entre mars et juin 2012, Ales Bialiatski a reçu trois blâmes, dont l’un a entraîné la suppression de son droit à recevoir des visites...

Lire la suite