Conditions de détention

Après son arrestation en août 2011 et sa condamnation à quatre ans et demi d’emprisonnement, Ales Bialiatski, Président du CDH Viasna et Vice-président de la FIDH, a été transféré dans une colonie pénitentiaire à régime sévère à Bobruisk en février 2012. Ses conditions de détention sont rudes : il travaille six jours par semaine à des travaux manuels et est isolé même à l’intérieur du camp, au point que ses codétenus ont l’interdiction de lui parler sous peine de sanctions. Plusieurs rencontres personnelles, longues et brèves, avec sa femme, ont été annulées à titre de punition. Il est régulièrement privé de son droit de recevoir des colis alimentaires, et de fausses allégations répétées selon lesquelles il aurait commis des « violations du régime de la prison» interdisent tout espoir d’une libération anticipée ou d’une éventuelle amnistie. Malgré cela, Ales Bialiatski garde une attitude positive, et continue d’écrire abondamment. Depuis qu’il est en détention, il a fait passer deux livres par des lettres, qui ont été publiés.

Vous trouverez ci-dessous les articles sur les conditions de détention d’Ales Bialiatski, et sur les dernières nouvelles le concernant :

Une nouvelle lettre d’Ales Bialiatski

pisma_ot_alesia_bialiatskogo

Le 28 juin dernier, Boris Vyrvitch, journaliste de Belynitchi (région de Moguilev) a reçu une lettre de la part du prisonnier politique Ales Bialiatski, directeur du Centre de défense des droits de l’homme Viasna.

Le défenseur des droits de l’homme y fait part de ses réflexions sur les dernières informations à propos de la vie de la communauté démocratique de la région de Moguilev. Il y parle également de sa détention à la colonie de Bobrouïsk.

« Il n’y a pas qu’en liberté que l’été est une période agréable ; ici aussi, on l’apprécie, — écrit Ales Bialiatski. — J’ai peu de temps libre, mais je ne me lamente pas, le temps passe plus vite ainsi. Et puis, j’essaie de faire quelque chose d’utile...

Lire la suite

Ales Bialiatski ne croit pas à une libération rapide

Le procès d’Ales Bialiatski

Le directeur du centre de défense des droits de l’homme Viasna Ales Bialiatski, emprisonné pour des motifs politiques, ne croit pas à une libération rapide et consacre tout son temps libre à écrire.

C’est ce qu’il ressort d’une lettre que Bialiatski, détenu à la colonie pénitentiaire N°2 de Babrouïsk, a envoyée à la militante des droits de l’homme Tatiana Reviako. Cette lettre a été écrite le 6 mai, après Pâques. Certains s’attendaient à ce que les prisonniers politiques soient libérés à l’occasion de cette fête.

« Il a écrit qu’il n’y croyait absolument pas, parce qu’aucun signe concret n’indique que son sort, ou celui des autres prisonniers politiques, va changer dans un futur proche...

Lire la suite

Ales Bialiatski a été privé de colis alimentaires pour six mois

sentence_Ales

Le 16 mai, l’épouse du prisonnier politique Ales Bialiatski, Natalia Pintchouk, s’est rendue à la colonie pénitentiaire de Babrouïsk où son mari est détenu.

Radye Svaboda rapporte que Natalia, qui avait l’intention de transmettre un colis à son époux, a appris que celui-ci avait été privé pour six mois du droit de recevoir des colis alimentaires.

« Pour quelle infraction a-t-il été sanctionné ? On ne me l’a pas dit, et je n’ai même pas cherché à le découvrir. C’est une question rhétorique : ils trouvent toujours une raison quelconque », a déclaré Natalia.

Elle a également indiqué qu’Ales Bialiatski avait téléphoné à la maison début mai...

Lire la suite

Ales Bialiatski remercie la chanteuse Loreen pour son soutien

Ales Bialiatski a envoyé une lettre de remerciements à la chanteuse Loreen, gagnante de l’Eurovision 2012, qui a exprimé à plusieurs reprises sa solidarité à l’égard du défenseur des droits de l’homme emprisonné et de sa famille.

« Chère Loreen !
Je veux vous dire toute ma gratitude pour le soutien moral que vous m’avez offert l’année dernière, lors de votre venue à Minsk, et cette année, lors d’une réunion internationale des défenseurs des droits de l’homme tenue à Stockholm.
J’apprécie beaucoup l’attention sincère que vous accordez à mon destin et à celui de ma famille...
Lire la suite

Ales Bialiatski : « J’ai un accès de graphomanie »

bialiacki-9

En attendant le printemps, Ales Bialiatski vit de la littérature. Dans sa correspondance avec ses amis, le prisonnier politique ironise sur la quantité de notes qu’il a prises depuis qu’il se trouve derrière les barreaux, et parle de ses sources d’inspiration.

« Je suis actuellement frappé d’un mal très particulier : on appelle cela un accès de graphomanie. — écrit-il. — Dès que je lis quelque chose, j’ai envie d’écrire sur ce sujet. Car je sais bien que quand je sortirai, je n’écrirai plus : je n’aurai plus le temps ».

Ales raconte qu’il est en train de terminer avec délectation le livre de Sergueï Doubovets L’Atelier. Histoire d’un miracle...

Lire la suite

Les huissiers de justice ont commencé à emporter des affaires inventoriées de l’appartement du prisonnier politique Ales Bialiatski

L’épouse du prisonnier politique Ales Bialiatski, Natalia Pintchouk, a déclaré à radio Svaboda que, la veille, un huissier de justice s’était présenté dans leur appartement et avait fait emporter un poste de télévision, qui avait été inventorié avant même le procès d’Ales.

« Un commentaire de cet huissier de justice m’est resté en mémoire. En sortant le téléviseur de chez nous, il a grogné : « Ils n’auraient pas pu inventorier quelque chose ayant un peu plus de valeur… » —, a indiqué Natalia Pintchouk. Il s’agit du premier objet appartenant à Ales Bialiatski à être emporté de son appartement.

Pendant ce temps, Ales Bialiatski lui-même, toujours détenu dans une colonie pénitentiaire de la ville de Bobrouïsk, continue d’envoyer des lettres à ses col...

Lire la suite

ALES BIALIATSKI PRIVÉ DE VISITES POUR SIX MOIS

Ales Bialiatski a été privé des visites qu’il devait recevoir au cours des six prochains mois. Cette information a été confirmée le 13 février par l’administration de la colonie N°2 de Bobrouïsk, où le prisonnier politique est détenu.

Rappelons qu’en 2012 le directeur emprisonné du Centre de défense des droits de l’homme Viasna a été privé d’une visite de courte durée (sur trois normalement autorisées) et d’une visite longue (sur deux) de ses proches. C’est le 5 février qu’Ales Bialiatski a été informé qu’il était privé d’une autre visite longue. Il avait été auparavant averti de la suppression d’une visite de courte durée.

Par conséquent, il ne pourra plus recevoir de visite avant, au mieux, le mois d’août.

Les défenseurs des droits de ...

Lire la suite

ALES BIALIATSKI : « JE N’OUBLIERAI JAMAIS LE CLIQUETIS MÉTALLIQUE DES LOURDES PORTES DE LA PRISON »

Nous avons pris connaissance d’une lettre écrite par Ales Bialiatski le 4 février, un an et demi jour pour jour après son arrestation. Ales commente brièvement cet « anniversaire » : « Que puis-je dire ? Le temps passe vite partout. Ici comme ailleurs, le temps n’est pas arrêté. »
Il passe ensuite aux sentiments qu’ont éveillés en lui les dessins que lui ont envoyés des écoliers canadiens. Ales dit particulièrement apprécier le célèbre slogan souvent répété dans les lettres de solidarité qu’il reçoit : « Ne perds jamais espoir ! », et souligne que « en anglais, la formule est plus mordante » : « Never lose hope ! »
bialiacki-maliunak-1
bialiacki-maliunak-2
Lire la suite

ALES BIALIATSKI : « CES MOTS NE SONT PAS POUR MOI SEUL »

Le directeur emprisonné de Viasna, Ales Bialiatski, détenu à la colonie pénitentiaire de Bobrouïsk, continue de recevoir des lettres et des cartes postales en provenance du monde entier. Mais si l’effervescence constatée à l’occasion des fêtes de fin d’année s’est estompée, le prisonnier politique reçoit certains jours jusqu’à une centaine de courriers. La géographie de la solidarité est toujours aussi étendue : Pologne, Pays-Bas, Allemagne, Suède, Suisse, Belgique, Luxembourg, Autriche, République Tchèque, Islande, États-Unis, Canada, Irlande, Japon, Kenya…

Certains expéditeurs tracent soigneusement dans leurs cartes des vœux en bélarusse : « Ales, ia doumaiu pra tsiabe, ia jadaiu tabe dabra ! » (Ales, je pense à toi, je te souhaite le meilleu...

Lire la suite

ALES BIALIATSKI : « JE SUIS TRÈS RECONNAISSANT À TOUS CEUX QUI M’ÉCRIVENT ! »

Dans ses lettres envoyées à l’occasion de Noël et du Nouvel an et des jours suivants, Ales Bialiatski dit avoir été « entièrement enseveli sous une avalanche de lettres et de cartes postales quand les courriers de vœux se sont ajoutés à ceux envoyés dans le cadre de l’action de soutien ». Certains jours, le prisonnier politique a reçu jusqu’à cinq cents courriers, en provenance du Bélarus et de nombreux pays du monde.

« Je suis très reconnaissant à tous ceux qui m’écrivent ! », déclare Ales à l’égard des auteurs de ces lettres qui l’ont réchauffé en ces jours d’hiver passés dans des conditions tout sauf festives.

« Nous travaillons. Nous déchirons la ouatine, nous rembourrons les housses de matelas et les oreillers pour les soldats...

Lire la suite