Prisonniers politiques

Début avril 2014, la FIDH a identifié neuf personnes comme étant des prisonniers politiques au Bélarus. Dans les prisons et les colonies pénitentiaires bélarusses, ces prisonniers politiques sont régulièrement punis, ce qui exacerbe sérieusement les conditions déjà pénibles de leur détention. Des organisations, comme l’Union européenne, ont appelé le Bélarus à relâcher tous les prisonniers politiques, et ont exprimé des préoccupations concernant la violation de leurs droits. La liberté des 32 anciens prisonniers politiques relâchés récemment est également sévèrement limitée.

Vous trouverez ci-dessous les articles relatifs à la situation des prisonniers politiques au Bélarus :

La supervision de l’ancien prisonnier politique Zmitser Dashkevich a été prolongée de trois mois

daszkevicz-released

Le Tribunal d’arrondissement de Pershamaiski (Minsk) a prolongé la supervision préventive de l’ancien prisonnier politique Zmitser Dashkevich. Sa peine de supervision, d’une durée de six mois, devait expirer le 28 février, mais le Tribunal l’a prolongée jusqu’au 28 mai, rapporte Radio Svaboda.

Zmitser Dashkevich n’a pas assisté à l’audience car il se trouvait à son travail.

Zmitser Dashkevich a été libéré de la prison N°1 de Hrodna le 28 août 2013 après trois ans d’emprisonnement. Il avait été arrêté le 18 décembre 2010, à la veille de la dernière élection présidentielle. Il a été condamné pour « hooliganisme aggravé » puis pour « refus répétés d’obéir aux ordres des agents de l’administration pénitentiaire »...

Lire la suite

Le Tribunal municipal de Minsk a confirmé la condamnation de Vassily Parfiankou

parfiankou

Le 28 janvier, le Tribunal municipal de Minsk a examiné la demande de cassation déposée par l’ancien prisonnier politique Vassily Parfiankou contre le verdict rendu par le Tribunal de l’arrondissement Pervomaïski de la capitale le 5 décembre 2013. La condamnation en première instance a été confirmée.

Rappelons que le 5 décembre Parfiankou avait été jugé coupable de violation aux règles de la supervision préventive (art. 421 du Code pénal) — non-pointages répétés au commissariat, multiples retours à son domicile après 20h00 — et condamné à un an d’emprisonnement en colonie à régime sévère et à un traitement forcé contre l’alcoolisme chronique à subir sur son lieu de détention...

Lire la suite

Le prisonnier politique Yauhen Vaskovich a passé 247 jours au cachot

vaskovich_political_prisoner

Le prisonnier politique Yauhen Vaskovich, journaliste au Courrier de Babruisk âgé de 22 ans, est envoyé chaque mois ou presque au cachot par l’administration de la prison N°4 de Mahileu. À ce jour, selon les données recueillies par les défenseurs des droits humains, il a déjà passé au cachot 247 jours, c’est-à-dire presque dix mois sur un peu moins de trois ans qu’il a passés derrière les barreaux (il a été condamné en mai 2011). La dernière fois qu’il a été envoyé au cachot, c’était à la veille du Nouvel An, le 27 décembre, pour dix jours.

Un tel régime d’exécution de sa peine (il n’est autorisé à recevoir qu’un seul colis par an, d’un poids de deux kilos maximum) ne pouvait évidemment pas ne pas avoir d’effets sur son état physique...

Lire la suite

Le prisonnier politique Mikalai Autukhovich passe son anniversaire derrière les barres

autuhovich-mikalaj

Le célèbre activiste civique, entrepreneur et vétéran de la guerre d’Afghanistan Mikalaï Autukhovich a aujourd’hui 51 ans. Une fois de plus, le détenu politique passe son anniversaire dans la prison N°1 de Grodno.

La première arrestation d’Autukhovich remonte à octobre 2005. Il avait alors été accusé de fraude fiscale et condamné à trois ans et demi d’emprisonnement. Il fut l’un des six prisonniers politiques libérés à la suite des lourdes sanctions mises en œuvre par les États-Unis et l’Union européenne.

Il a été arrêté une deuxième fois le 8 février 2009...

Lire la suite

L’ancien prisonnier politique Vasil Parfiankau a été transféré au prison de Jodzina

parfiankou

L’ancien prisonnier politique Vasil Parfiankau se trouve en transit à la colonie de Jodzina, d’où il sera transféré à la colonie de Gorki. Parfiankau lui-même l’a appris par écrit à l’activiste civique et réalisatrice Olga Mikalaychik.

« Il m’a écrit qu’il s’était retrouvé à Jodzina et que les conditions y étaient très dures. En journée, il est interdit de s’asseoir sur les lits dans les cellules, à plus forte raison de s’y coucher. Dès le réveil, le détenu doit faire son lit et rester debout toute la journée. Mais ce dont il s’est le plus plaint, c’est de l’absence totale d’informations. Il n’a pas de télévision, il ne reçoit pas les journaux...

Lire la suite

L’administration de la colonie pénitentiaire N°2 de Bobruisk cherche-t-elle à se venger des anciens prisonniers politiques ?

drozd_zmicier

La colonie pénitentiaire N°2 de Bobruisk réclame aux personnes y ayant été emprisonnées après les manifestations tenues en décembre 2010 à Minsk « des sommes dues pour les biens qui leur avaient été fournis ». Et cela, plus de deux ans après leur libération. Dmitri Drozd et Sergei Kazakov ont reçu des citations à comparaître.

Ces faits ont été rapportés au Centre de défense des droits humains Viasna par Dmitri Drozd, qui a reçu une citation à comparaître au Tribunal du district Frunzenski de Minsk. « Le 19 décembre, jour anniversaire de la dispersion par la force de la manifestation Place-2010, le facteur m’a remis une citation à comparaître...

Lire la suite

Uladzimir Yaromenak sera incarcéré le 11 décembre

VLUU L110, M110  / Samsung L110, M110

Uladzimir Yaromenak a été informé ce jour de la date de son incarcération. Il doit se présenter avec ses affaires le 11 décembre au commissariat du district Pervomaïski. De là, il sera transféré à la prison de la rue Volodarski.

L’activiste a expliqué qu’il n’avait pas l’intention de faire appel de sa condamnation car cela prendrait trop de temps, rapporte le service de presse du Front de la Jeunesse.

Rappelons que le 20 août 2013, l’activiste a été condamné à trois mois d’emprisonnement pour violation des règles de la surveillance préventive.

Uladzimir Yaromenak a été condamné à trois ans d’emprisonnement dans une colonie à régime sévère lors du procès consécutif aux désordres de masse survenus à Minsk le 19 décembre 2010...

Lire la suite

Déclaration du CDH Viasna et du Comité Helsinki bélarusse sur la condamnation pénale de Vasil Parfiankou

viasna-bhk-logo

Le Centre de défense des droits humains Viasna et le Comité Helsinki bélarusse considèrent que la condamnation de Vasil Parfiankou à une peine de prison pour violation de la supervision préventive est motivée politiquement.

En février 2011, Vasil Parfiankou a été condamné à quatre ans d’emprisonnement en vertu de la partie 2 de l’article 293 du Code pénal de la République du Bélarus (« participation à des désordres de masse ») pour avoir pris part à une action de protestation contre les fraudes survenues lors de l’élection présidentielle. En août de cette même année, il avait été gracié conformément à un décret présidentiel.

Après sa libération, Vasil Parfiankou a poursuivi ses activités de défense des droits humains...

Lire la suite

La date du procès de Vasil Parfiankou a été fixée

parfiankou

Le procès de l’ancien prisonnier politique Vasil Parfiankou aura lieu au Tribunal du district de Pervomaïski (ville de Minsk) le 28 novembre. Il est accusé d’infraction aux règles du régime de surveillance préventive (art. 421 du Code pénal).

Parfiankou se trouvant depuis le 21 septembre au dispensaire de travail N°1 de la ville de Svetlogorsk, il sera amené à son procès sous convoi.

Rappelons que le prisonnier politique Vasil Parfiankou a été libéré le 9 février dernier de la maison d’arrêt N°6 de Baranovichi. Le 29 mai 2012, il avait été condamné en vertu de l’article 421 du Code pénal de la République du Bélarus par le juge du Tribunal du district de Pervomaïski (ville de Minsk) Sergueï Bondarenko pour infraction au régime de surveillance préventive...

Lire la suite

Mikalaï Autukhovich a été privé d’une visite de sa mère

autuhovich-mikalaj

La venue de ses proches avait été prévue pour novembre.

Quand la mère du prisonnier politique, Lidia Autukhovich, est arrivée à la prison de Grodno pour rencontrer son fils, elle a appris que sa visite avait été interdite, rapporte Radye Svaboda. Les raisons de cette décision ne lui ont pas été communiquées.

« Qu’en sais-je ? Ils ne disent rien. Ils ont ce droit : ils autorisent ou interdisent ces visites selon leur bon vouloir. Ils font ce qu’ils veulent. Ils refusent ma visite, et il n’y a rien à y faire. Au moins, ils ont accepté de prendre le colis que j’ai amené. C’est un colis de trente kilos : des aliments et quelques objets. Tout pèse lourd, quoi qu’on achète. On ne peut pas apporter énormément de choses...

Lire la suite