Rassemblement pacifique

Le droit au rassemblement pacifique continue d’être violé au Bélarus : les défenseurs des droits humains, les journalistes, les syndicalistes, etc. se voient constamment empêchés de se rassembler. La plupart des manifestations pacifiques qui ont lieu sont réprimées par les forces de l’ordre, et les manifestants sont arrêtés ou font l’objet de harcèlement judiciaire.

Vous trouverez ci-dessous les articles relatifs à la situation des rassemblements pacifiques au Bélarus :

A Novopolotsk aussi, deux activistes sont condamnés à une amende pour s’être fait prendre en photo avec un portrait de Bialiatski

L’activiste local Evguéni Partchinski a été condamné à une amende de 500 000 roubles le 24 janvier 2013. Il a été reconnu coupable de manifestation publique non autorisée. Son procès a été personnellement présidé par le président du Tribunal municipal de Novopolotsk, Piotr Levtchonok, qui a jugé que se faire prendre en photo en tenant dans les mains un portrait d’Ales Bialiatski constituait une infraction de la législation sur les manifestations massives de rue.

« Je n’ai pas nié. On m’a demandé si je m’étais fait prendre en photo avec un portrait de Bialiatski : j’ai répondu que je l’avais effectivement fait. En signe de solidarité avec lui...

Lire la suite

Les autorités de Minsk ont interdit plus de soixante rassemblements de soutien à Ales Bialiatski

Aucun des plus de soixante rassemblements de soutien au leader emprisonné du Centre de défense des droits de l’Homme « Viasna », Ales Bialiatski, que souhaitaient organiser ses collègues n’a été autorisé par les autorités de Minsk.

« En dépit du fait que les demandes déposées correspondaient au Code des rassemblements publics, et que le nombre de personnes attendues lors de ces actions de rue oscillait chaque fois entre deux et cinq personnes, tous les rassemblements ont été interdits. Les défenseurs des droits de l’homme ont reçu des réponses pratiquement identiques – en réalité, des réponses formelles standardisées...

Lire la suite

Les manifestations de soutien à Ales Bialiatski sont toujours interdites au Bélarus

Grodna
Le 10 octobre, le tribunal du district de Leninski a condamné à une amende le défenseur des droits de l’homme Viktar Sazonau, qui avait été interpellé le 23 août pour avoir distribué des brochures comportant des informations sur l’arrestation d’Ales Bialiatski, directeur du Centre de défense des droits de l’homme « Viasna ». Ce même jour, la police a perquisitionné son appartement, confisqué deux unités centrales d’ordinateur, des publications internationales et des textes consacrés aux droits de l’homme, ainsi que des T-shirts à l’effigie de Bialiatski.
La juge Kseniya Stasukevich a commencé à étudier le dossier de Viktar Sazonau le 21 septembre. Le 10 octobre, M. Sazonau a été condamné à une amende de 735 000 roubles...

Lire la suite