Syndicats

La situation des syndicats au Bélarus ressemble fortement à celle qui prévalait dans l’ancienne URSS, où les syndicats étaient contrôlés étroitement par l’État et le parti dirigeant, et où l’appartenance à un syndicat était obligatoire pour tous. Les syndicats indépendants ne souhaitant pas adhérer à la Fédération des syndicats du Bélarus (FTUB) ont dû faire face à la limitation continue et sévère de leurs activités, ainsi qu’au démantèlement de leur structure existante et au harcèlement de leurs membres et de leurs dirigeants.

Vous trouverez ci-dessous les articles relatifs aux difficultés rencontrées par les syndicats indépendants au Bélarus :

La secrétaire générale de la CSI choquée par l’utilisation du travail forcé au Bélarus

barrou

Lors d’une rencontre le 15 septembre à Minsk avec des représentants du mouvement syndical indépendant du Bélarus, la secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale (CSI), Sharan Burrow, s’est déclarée stupéfaite par l’intensification de la discrimination visant les membres de syndicats indépendants et, spécialement, le recours au travail forcé.

À l’occasion d’une table ronde utilisée dans le cadre de la visite officielle de la secrétaire générale de la CSI au Bélarus, des militants et des leaders du mouvement syndical indépendant lui ont fait part de violations des droits fondamentaux du travail, d’obstacles mis aux activités des syndicats, ainsi que de poursuites et de pressions de la part des employeurs et des autorités.

Lors d’une co...

Lire la suite

Militant syndical, Andrei Stryzhak, interpellé à la frontière

21 novembre 2012

Le militant syndical Andrei Stryzhak a été interpellé à un poste-frontière. Ses affaires ont été fouillées et son ordinateur portable saisi.

Andrei Stryzhak, coordinateur du mouvement de jeunesse du Syndicat de l’industrie électronique, a été interpellé au poste-frontière Novaya Huta, alors qu’il rentrait au Bélarus après un séjour en Ukraine.

« J’ai été interpellé par le lieutenant-chef Raman Tofan. Aucune accusation ne m’a été signifiée. Ils ont fouillé mes sacs et confisqué mon ordinateur portable. Je me trouve actuellement dans une pièce réservée au personnel. Mon interpellation s’est produite à 14h25. Ils sont autorisés à me détenir pendant trois heures sans me signifier d’accusation. Après ce délai, je demanderai qu’un rapport soit rédigé », a déclaré Andrei Stryzhak...

Lire la suite