QUI EST ALES BIALIATSKI ?

Ales Bialiatski, Vice-président de la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH) et directeur du Centre de défense des droits de l’Homme Viasna au Bélarus, est un éminent défenseur des droits de l’Homme, respecté par l’ensemble de la communauté internationale.

Ales Bialiatski : une vie contre les totalitarismes

Dès le début des années 80, Ales Bialiatski, jeune écrivain bélarusse, participe à la création d’une association de jeunes écrivains et entre à l’Union des écrivains. Il s’engage également dans le mouvement national démocratique et organise les premières manifestations contre le pouvoir soviétique. Cet engagement lui vaut d’être emprisonné en 1988 et marque le début d’une longue série d’arrestations et de harcèlements.

En 1996, face à la répression croissante du régime de Loukachenko, Ales crée le Centre de défense des droits de l’Homme Viasna. Cette organisation vient en aide aux victimes de répression politique et milite pour faire connaître dans le monde les violations des droits de l’Homme au Bélarus. Comme beaucoup d’autres associations, Viasna est liquidée en 2003 par le ministère de la justice et entre dans l’illégalité forcée.

En 2007, soit trois ans après avoir rejoint la FIDH, Ales Bialiatski est élu au poste du vice-président. Il devient le premier représentant des pays post-soviétiques à avoir été élu au bureau international de la FIDH par un congrès qui réunissait l’ensemble de ses 164 organisations membres dans le monde.

Sacha Koulaeva : «Ales a toujours été là où on avait besoin de solidarité»

Tout en poursuivant sa lutte pour la défense des droits humains au Bélarus, Ales effectue de nombreux déplacements en Europe de l’Est et participe aux missions d’observation et d’enquête ainsi qu’aux campagnes de solidarité. Il mène de nombreuses actions au niveau international et partage son expérience sur le terrain avec les défenseurs des droits de l’Homme égyptiens, cubains ou encore tunisiens.

Carl Gershman : « Bialiatski est doté d’un grand courage et d’une force de caractère rare »

Son engagement de longue date en faveur des droits humains a fait de lui un acteur décisif sur la scène internationale. Son combat, très tôt reconnu, lui vaut de recevoir de prestigieuses récompenses : Prix Sakharov pour la liberté du Comité Helsinki de Norvège, Prix du gouvernement suédois Per Anger, prix Homo Homini de l’organisation tchèque People in Need, prix norvégien pour la liberté d’expression, prix Petra Kelly, prix Lech Walesa.

Ales est devenu citoyen d’honneur de la ville de Paris et de la ville de Gênes.

Page wikipédia (en englais) sur Ales Bialiatski

Galerie photo : les activités de défenseur des droits de l’Homme d’Ales Bialiatski dans le monde

Pourquoi Ales Bialiatski est-il en prison?