prisonniers politiques articles avec le mots clés

Viasna et la FIDH présentent leur rapport sur les violations des droits humains au Bélarus

viasna-fidh-osce-1

Le 24 septembre, à Varsovie, à l’occasion de la réunion sur la mise en œuvre de la dimension humaine de l’OSCE, les dirigeants du Centre des droits humains Viasna — le président du Centre et ancien prisonnier politique Ales Bialiatski, le vice-président Valiantsin Stefanovich et le coordinateur de la campagne « Les défenseurs des droits de l’homme contre la peine de mort » Andrej Paluda — ont présenté leur rapport sur la situation des droits de l’homme au Bélarus.

Lors de la réunion sur les « violations flagrantes des droits politiques, économiques et sociaux au Bélarus » organisée par la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme et le Centre pour les droits de l’homme Viasna, les défenseurs des droits humains ont déploré que « du fait de la situation en ...

Lire la suite

La vice-présidente du Bundestag va soutenir tous les prisonniers politiques au Bélarus

katrin-goering-eckardt

La vice-présidente du Bundestag Katrin Göring-Eckardt, membre du Parti Vert, a adressé ses vœux au directeur du Centre des droits humains Viasna Ales Bialiatski pour son anniversaire, qu’il fête aujourd’hui.

« Avec votre sortie de prison en juin, le parrainage de prisonnier que j’ai effectué en coopération avec Libereco et le Parlement allemand a connu un dénouement heureux. Néanmoins, je vous assure par la présente de mon soutien constant à votre travail ainsi qu’à tous les prisonniers politiques au Bélarus qui attendent toujours d’être libérés », écrit Katrin Göring-Eckardt, qui souhaite également au défenseur des droits humains de ne jamais baisser les bras dans sa lutte en faveur d’un avenir meilleur pour tous les citoyens bélarusses.

Rappelons que l’orga...

Lire la suite

Le prisonnier politique Mikalaj Dziadok a passé vingt jours dans une cellule disciplinaire

dziadok-politzakluchennyj

Le prisonnier politique Mikalaj Dziadok, qui purge sa peine à la prison n°4 de Moguilev, a passé vingt jours dans une cellule disciplinaire. L’administration pénitentiaire l’a puni pour avoir enfreint un point du règlement relatif aux uniformes des détenus. Le père du prisonnier politique, Aliaxander Dziadok, a donné des détails aux défenseurs des droits de l’homme.

Le 23 août, au lendemain de son anniversaire, Mikalaj a été condamné à une nouvelle punition : vingt jours en cellule disciplinaire. Mikalaj Statkevich avait été condamné à la même peine dans cette même prison de Moguilev en 2012.

Le prisonnier politique Mikalaj Dziadok a été placé en détention le 3 septembre 2010 et condamné le 27 mai 2011 par le tribunal du district Zavadskoj de Minsk en vertu de la parti...

Lire la suite

Nikolaï Statkevitch : un quatrième anniversaire en prison

svabodu_statkievichy

Le prisonnier politique Nikolaï Statkevich a aujourd’hui 58 ans. Il s’agit déjà du quatrième anniversaire que l’ancien candidat à l’élection présidentielle bélarusse passe derrière les barreaux.

Marina Adamovich, l’épouse de Statkevich, a déclaré à BelaPan qu’il est très difficile de transmettre des vœux au détenu.

« Formellement, le droit à la correspondance n’est pas limité en prison. Tout dépend des actions de l’administration pénitentiaire et de ceux qui lui donnent des ordres. Jusqu’à dernièrement, la situation en matière de correspondance était à peu près correcte. Mais depuis fin juin, et tout au long du mois de juillet, une lettre sur deux lui a été remise », a-t-elle souligné.

La législation autorise Adamovich à rendre une visite  p...

Lire la suite

Dans dix villes du Bélarus, les activistes de Viasna se sont vu interdire d’organiser des rassemblements à l’occasion du 4 août

Les demandes d’autorisation de rassemblements en faveur de la libération des prisonniers politiques que les défenseurs des droits humains souhaitaient organiser à l’occasion de la Journée de solidarité avec la société civile du Bélarus ont été rejetées par les autorités locales de Novopolotsk, Vitebsk, Gomel, Mozyr, Rechitsy, Jodino, Borisov, Baranovichi, Smorgon et Moguilev.

Le coordinateur des bureaux régionaux du Centre de défense des droits humains Viasna, Dmitri Soloviev, a indiqué que les refus reposent tous sur des prétextes formels et n’ont pas surpris les demandeurs de ces autorisations...

Lire la suite

Les lettres envoyées au prisonnier politique Parfiankau ne lui sont pas remises

parfiankou

Vassili Parfiankau n’a plus reçu de lettre depuis le 30 avril. Cette information a été communiquée à Radye Svaboda par le père du prisonnier politique.

« Il m’a envoyé une lettre la semaine dernière. Il y écrit qu’il n’a plus reçu de courrier de notre part depuis le 30 avril. Cela signifie qu’on ne lui remet pas nos lettres. Nous lui avons aussi envoyé des journaux le 5 mai, en recommandé. Or il nous écrit qu’il n’a pas reçu de recommandé non plus. C’est comme ça. Il est détenu dans une cellule individuelle, il ne voit personne. Les gardes le laissent faire une promenade 30 minutes par jour dans la courette de la prison, c’est à cela que se réduisent ses contacts avec le monde. À devenir fou ! Ce sera sur leur conscience… », a-t-il déclaré.

Rappe...

Lire la suite

Le chef de la diplomatie polonaise a assuré les ONG bélarusses de son soutien

bialiacki_polshcha-b

 « Je commence à perdre parfois mes mots du fait de la quantité de mes rencontres, mais je ne cesserai de répéter à tous mes interlocuteurs qu’il est indispensable de se focaliser sur la société bélarusse », a déclaré Ales Bialiatski à la fin de la seconde journée de son déplacement à Varsovie.

Cette journée avait commencé par une conférence vidéo du directeur du Centre de défense des droits humains Viasna avec le professeur Irena Lipowicz, déléguée du gouvernement polonais pour les droits de l’homme. Ils ont discuté de la façon dont ce Bureau peut aider les organisations non gouvernementales au Bélarus », a rapporté Olga Salomatova, de la Fondation Helsinki pour les droits de l’homme.

Ensuite, le défenseur des droits humains bélarusse s’est rendu à la r...

Lire la suite

À Paris, Ales Bialiatski a été reçu à l’Hôtel de Ville et au ministère français des Affaires étrangères

La visite du vice-président de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) Ales Bialiatski à Paris s’est achevée. Trois années exactement se sont écoulées depuis sa dernière venue dans la capitale française, un mois avant son arrestation. Tout au long de sa détention, les organisations membres de la Fédération dans tous les pays du monde ont mené de nombreuses actions de solidarité et ont multiplié les efforts visant à obtenir sa libération.

Ces retrouvailles tant attendues ont réuni les employés du bureau parisien de la FIDH, des membres du conseil de la Fédération, de jeunes activistes, des traducteurs de l’organisation, autant de soutiens de longue date de celui qui il y a peu encore était un prisonnier politique.

bialiacki_kulaeva_paryzh_2014-07-04     SAMSUNG

Lire la suite

Ales Bialiatski au Parlement européen : Je n’ai pas été libéré sans raison

BialiatskiGrzyb-300x200

Le 2 juillet, l’ancien prisonnier politique et directeur du Centre de défense des droits humains Viasna a eu à Strasbourg une entrevue avec Martin Schulz, qui vient d’être réélu au poste de président du Parlement européen, ainsi qu’avec le commissaire européen à l’Élargissement et à la Politique de voisinage Stefan Füle, le secrétaire général du Conseil de l’Europe Thorbjorn Jagland et la présidente de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe Anne Brasseur.

Le défenseur des droits humains bélarusse a tenu une conférence de presse au Parlement européen. Le site de Radio Liberté rapporte les propos d’Ales Bialiatski :

« Le Conseil de l’Europe possède des exigences fondamentales, et nous y attachons nous aussi la plus grande importance...

Lire la suite

Ales Bialiatski a rencontré le président du Parlement européen

bialiatski-schultz

Le 2 juillet, l’ancien prisonnier politique, directeur du Centre de défense des droits humains Viasna, a eu un entretien à Strasbourg avec Martin Schulz, récemment réélu président du Parlement européen.

« Le message que j’ai adressé à Schulz consistait à lui demander de poursuivre les efforts que les Européens ont consentis sans discontinuer depuis décembre 2010 afin d’obtenir la libération des prisonniers politiques et de promouvoir des changements structurels en matière de droits humains et de démocratie au Bélarus », a déclaré Ales Bialiatski à Radio Liberté après cette entrevue.

« Schulz sait ce qui se passe chez nous...

Lire la suite